Le conseil d’administration

est l’organe collégial qui dispose des pouvoirs les plus étendus pour la gestion de la banque, l’élaboration de sa stratégie financière, organisationnelle et commerciale, et donc la réalisation de son objet social. Sans préjudice de ses missions légales, il a pour rôle de veiller à la pérennité de l’organisation en favorisant l’essor d’un leadership entrepreneurial tout en s’assurant de la qualité de la gestion journalière, de la mesure et du contrôle des risques liés aux métiers de la banque, ainsi que du respect des principes de bonne gouvernance opérationnelle tels qu’ils ont été communiqués aux membres du personnel et aux cadres de direction dès 2003. Le conseil d’administration nomme le président et les membres du comité de direction.

Président

Mazhar RAWJI

Administrateurs exécutifs

Thierry TAEYMANS, directeur général

ŽŽMustafa RAWJI

ŽŽMutuale MUKADI MPAKA

Antoine KIALA

Administrateurs non-exécutifs

ŽŽAlain BOUCHER, président du comité d’audit

ŽŽMichel NOTEBAERT, membre du comité de validation des crédits

Guy SAUVANET, membre du comité d’audit et de validation des crédits

Adrien de HEMPTINNE,membre du comité d’audit

Le comité d’audit

présidé par un administrateur indépendant, rapporte directement au conseil d’administration. Il appuie le conseil d’administration en matière de surveillance et intervient dans les domaines suivants : la finalisation des comptes, la gestion et le contrôle des risques, le système de contrôle interne de la conformité, les activités d’audit externe et interne.

Le comité de direction

est l’organe opérationnel placé sous la responsabilité du Directeur Général entouré de sept directeurs – membres du Comité de Direction. Son rôle est de proposer au conseil d’administration les grandes lignes de la stratégie de la banque, d’exécuter cette stratégie conformément aux options prises par le conseil d’administration et d’assurer l’organisation de toutes les tâches de la gestion journalière, pour ensuite en faire rapport régulier au conseil d’administration.

Des comités spécifiques sont rattachés au comité de direction qui, en accord avec le conseil d’administration, en définit l’organisation, les objectifs et les modalités de fonctionnement. Ils ont pour objectif d’assurer un fonctionnement optimal de tous les services et départements de la banque, dans une démarche de qualité et de sécurité. Ces comités se réunissent régulièrement, chacun selon un rythme préétabli. La banque en compte une vingtaine.

La composition du comité de direction

Thierry Taeymans
Thierry TAEYMANS
Directeur général

Thierry Taeymans est ingénieur commercial diplômé de l’Institut Supérieur de Commerce St Louis à Bruxelles. Son expérience bancaire débute en 1982 à la banque Belgolaise à Bruxelles où il évolue dans diverses fonctions au sein du département des crédits. Il effectue plusieurs missions en Afrique et rejoint en 1994 la Banque Commerciale Zaïroise (BCZ aujourd’hui BCDC). Retour à Bruxelles en 1999. En 2001, Mazhar Rawji l’appelle pour participer à la création de RAWBANK dont il devient administrateur délégué. Vice-président de l’Association congolaise des banques en 2008, Thierry Taeymans est secrétaire de la Chambre de Commerce belgo-congolaise et administrateur de la Fédération des Entreprises du Congo (FEC).

Mustafa Rawji
Mustafa RAWJI
Directeur général adjoint

Kinois de naissance, Mustafa Rawji effectue ses études secondaires à Londres et acquiert une maîtrise en finances à Boston. Il accompagne la création de RAWBANK en 2002. Deux ans plus tard, il prend l’initiative d’acquérir une expérience bancaire internationale et entre au service de HSBC à Dubaï où il exerce durant 5 ans des fonctions de cadre commercial au département Corporate Banking. En septembre 2009, il rejoint RAWBANK au titre de secrétaire général adjoint. Il préside le comité des crédits, dirige le département Marketing & Communication et préside le comité Qualité. Fin 2013, il est nommé directeur du développement stratégique. Depuis juillet 2015, il est appelé aux fonctions de Directeur Général Adjoint pour seconder le Directeur Général dans le pilotage des fonctions supports de la Banque.

Nadeem AKHTAR
Directeur des risques

Nadeem Akhtar est titulaire d’une maîtrise en Finance & Contrôle acquise à New

Delhi. Il compte 13 années d’expérience dans le secteur bancaire, dans un premier temps au titre de credit officer d’une banque indienne à New Delhi. Il rejoint RAWBANK en 2004 au titre de responsable Crédits et entre au comité de direction en 2007, dans la fonction élargie de risk manager.

Christian KAMANZI
Christian KAMANZI
Operations Manager

Christian Kamanzi Muhindo holds a BA in Applied Economics and is an independent auditor; he has a Diploma from FUCAM in Mons (Belgium). His first professional experience was as a junior auditor at DRT-Cabinet Michel Vaes in Brussels (now Deloitte & Touche.) In 1993 he moved to Kinshasa where he was a Treasury assistant at Citibank. In 1996, he became Vice-Chairman at the Banque de Commerce et de Développement in Kinshasa with responsibility for Operations and Sales. He returned to Citibank in 2002 and was appointed Treasury Manager until 2004 when he became General Manager of the Union des Banques Congolaises. He joined RAWBANK in 2007 as a manager and a member of the Executive Committee.

Arvind Kumar
Arvind KUMAR
Chief technology officer

Master PGDCA (diplôme supérieur en applications informatiques), Arvind Kumar étudie également les Sciences informatiques et l’ingénierie à Mumbai. Il entame sa carrière en 1994 comme programmeur informatique pour évoluer ensuite comme analyste de systèmes dédiés aux solutions bancaires. Un peu plus tard, il est nommé directeur d’équipe chez Infrasoft Technology Ltd., consultant pour la Banque centrale indienne dans le cadre de l’automatisation du système bancaire. Fort de cette expérience, il est recruté par RAWBANK en 2004. Il est membre du comité de direction depuis mars 2012.

Jean-Pierre Mutuale
Jean-Pierre MUTUALE
Secretary-General
Executive Director

Jean-Pierre Mutuale has a BA in Commerce and Finance from the University of Kinshasa. He joined the Banque Commerciale Zaïroise (BCZ, now BCDC) in 1973 where he held the posts of Branch Manager, Central Administration Departments Manager and Head of Management (Organisation & IT). He has played an active part in the various stages of the establishment of RAWBANK since 2001, becoming a member of the Executive Committee initially responsible for Organisation, IT and Human Resources. He has been Secretary-General since the end of 2009 and in addition since 2012 manager with responsibility for controlling operational risks (internal control).

Balaji
Balaji PRABAKAR
Directeur financier

Diplômé en 1993 de « The Institute of Chartered Accountants of India » à New Delhi, Balaji PRABAKAR est expert-comptable et possède également un diplôme de « Bachelor of Commerce » de l’université de Chennai en Inde. Après 8 années d’expérience dans différents secteurs (construction, audit, consulting, hôtellerie), il vient en RDC en décembre 2001 comme comptable de Beltexco. En 2004, il rejoint RAWBANK au titre d’adjoint responsable Comptabilité. Il est nommé, en 2008, contrôleur de gestion et, en janvier 2013, directeur financier.

Didier Tilman
Didier TILMAN
Directeur commercial

Didier Tilman rejoint RAWBANK en septembre 2009 après une carrière internationale au sein du groupe Fortis, entre autres à la banque Belgolaise. Entré en 1990 à la Générale de Banque (devenue ensuite Fortis Banque) en tant que stagiaire universitaire, il y exerce ensuite des activités commerciales puis assume des responsabilités au département des crédits. Son parcours professionnel le conduit 3 ans au Nigeria, 3 ans en Espagne et 3 ans à Hong Kong. Entre-temps il aura assouvi sa passion de globe-trotter en parcourant le monde à pieds entre 1994 et 1997. Banquier international, il prend en main les destinées de la banque au Katanga fin 2009 et rejoint le siège de la banque à Kinshasa au début de 2014.

Antoine Kiala
Antoine KIALA
Directeur de la Trésorerie

Est titulaire d’une Maitrise en Administration des Affaires de l’ICHEC/Entreprises/Belgique et d’une licence en Sciences Commerciale et Financière de l’ISC/Gombe.

Il débute son expérience bancaire en 1977 à la Banque Commerciale du Congo (BCDC), où il évolue successivement dans divers départements ; Clientèle, Affaires et Direction Financière, en passant par la Cellule Devises. En 2001, il participe activement à la création de RAWBANK en qualité de Responsable de la trésorerie. Il effectue tour à tour des formations et stages sur la banque, la trésorerie et le trading ; notamment à Londres, Bruxelles, Johannesburg, Paris et Kinshasa. Il devient , en 2016, Administrateur et membre du Comité de Direction. Antoine Kiala y exerce aujourd’hui les fonctions de Secrétaire Général Adjoint et du Directeur de Trésorerie Générale.

Les normes de la gouvernance

La gouvernance est décrite dans plusieurs chartes qui régissent le fonctionnement du conseil d’administration et du comité de direction.

Ces normes de gouvernance sont conformes aux instructions de la Banque Centrale du Congo (instructions 15, 17 et 22) et répondent aux critères de gestion bancaire internationalement reconnus.

Au niveau du conseil d’administration :

  • le mémorandum de bonne gouvernance
  • la charte du conseil d’administration
  • la charte du comité d’audit

Au niveau du comité de direction :

  • la charte du management exécutif,
  • la charte de déontologie,
  • la charte de conformité,
  • la charte du contrôle interne,
  • la charte de l’audit interne,
  • la politique de gestion des risques sociaux et environnementaux.

Le contrôle interne

Le Contrôle interne est défini au sein de RAWBANK comme un système cohérent et global comprenant un ensemble de moyens humains et techniques ayant pour objectifs :

  • la sécurité des opérations, des biens et des personnes,
  • l’efficacité et la qualité des services,
  • le respect des dispositions législatives et réglementaires ainsi que des normes et usages professionnels et déontologiques,
  • la promotion d’une culture forte de contrôle et d’éthique,
  • la production et la diffusion d’une information fiable, de qualité et rapidement disponible,
  • le respect des objectifs, des règles et des limites fixées par la direction.

Le contrôle interne est organisé à trois niveaux.

Le premier niveau est un contrôle immédiat, systématique et permanent. Il vise à garantir la régularité, la sécurité et la validité de toutes les opérations bancaires, ainsi que le respect des mesures liées à la surveillance des risques associés à ces opérations. Il s’exerce dans chaque domaine de la gestion opérationnelle (opération de caisse, virement, change, crédoc…) et de la gestion fonctionnelle (ressources humaines, économat, comptabilité, informatique…). Il est réalisé par l’agent en charge de l’opération validée ensuite par le supérieur hiérarchique.

Le deuxième niveau est un contrôle a posteriori systématique, permanent mais suivant une périodicité adaptée, des opérations regroupées selon leur nature. Il a pour objectif de vérifier la régularité et la conformité des opérations et de suivre certains types particuliers de risques.

Le troisième niveau est constitué de contrôles périodiques, ponctuels ou inopinés effectués par l’encadrement et l’Audit interne. Ce dernier a également pour mission d’examiner et d’évaluer l’efficacité des dispositifs de contrôle de 1er et 2e niveaux et notamment leur adéquation à la nature des risques liés aux opérations.

Compliance

La fonction « Compliance » s’attache à 7 points en particuliers :

  1. Intégrer les règles de la législation congolaise ainsi que les normes internationales sur la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme dans les procédures et instructions de la banque ;
  2. Examiner les demandes d’ouverture de comptes et les soumettre au comité Compliance pour décision ;
  3. S’assurer de la régularisation des dossiers d’ouverture de comptes ;
  4. Surveiller les opérations afin de détecter celles qui sont suspectes ;
  5. Assurer la formation du personnel en matière de compliance ;
  6. Contrôler le respect des directives par le personnel de la banque ;
  7. Centraliser les communications du personnel sur les opérations suspectes et faire les déclarations de soupçon à la Banque Centrale du Congo.