RAWBANK renouvelle son soutien au projet du Parc Marin des Mangroves.
Situé à l’embouchure du Fleuve Congo, le Parc Marin des Mangroves fut créé en 1992 (76 800 ha) pour préserver l’écosystème unique du littoral congolais. Cette aire protégée inclut toute la plage de la côte congolaise et une bande de l’Océan Atlantique bordant celle-ci sur 2 km de large.
De Boma à Banana (l’embouchure), la rive droite du fleuve est composée de savanes, de forets galeries et de marécages. Dans le delta du Congo se trouve toutes les iles ou prolifère les forêts de mangroves. Tous ces différents biotopes font parties intégrantes du Parc Marin des Mangroves.
S’agissant de la biodiversité, le Parc abrite six espèces de mangroves auxquelles s’ajoutent cinq espèces de tortues marines qui y pondent annuellement ainsi que de nombreuses espèces d’oiseaux. D’autres espèces de reptiles sont également présentes : le grand python africain, le varan orné et la tortue palustre.
La biodiversité marine est en adéquation avec le bassin du Congo dont la richesse en espèces en fait le deuxième bassin au monde après l’Amazonie. Le lamantin, dont l’existence est prouvée par une vision régulière, est certes menacé, mais doit impérativement être protégé. Les forêts intertidales sont dominées par le Rhizophora Racemosa et Rhizophora mangle dont la première espèce peut atteindre entre 25 et 30 mètres de hauteur.
Seul emplacement géographique sur ce carrefour marin où le majestueux Fleuve Congo se jette dans l’Océan Atlantique, fait de ce parc une exception unique en son genre qui représente pour la RDC, une occasion dorée de contribuer à l’effort mondial de conservation des zones côtières et marines. De ce fait, son potentiel touristique non négligeable peut contribuer à l’amélioration du niveau de vie des communautés riveraines, à condition que sa protection soit assurée. Depuis 2012 la conservation de la forêt de mangroves couvrant le parc est mieux assuré grâce à des patrouilles régulière dont l’objectif principal est d’empêcher la destruction systématique des écosystèmes comme l’abattage des arbres par les populations autochtones pour la fabrication du charbon des bois.
C’est dans ce contexte que RAWBANK a tenu à renouveler son soutien au projet du Parc Marin des Mangroves dont le premier soutien a commencé en 2013 avec une subvention de 30.000$, afin d’aider à renforcer le tourisme et à sensibiliser le public à la nécessité de protéger la réserve. Ce financement a permis au gestionnaire du Parc de construire trois écloseries (aux plages de Banana, Tonde et Nsiamfumu) et d’ouvrir un bureau meublé pour la promotion du tourisme. Le présent soutient permettra également le développement d’infrastructures dans la réserve. A titre d’exemple, citons l’achat de deux embarcations modernes dédiées aux tourismes et la rénovation de deux baleinières destinées aux patrouilles de surveillance.
Pour 2016, la RAWBANK renouvelle son engagement et ce, par l’entremise de son Directeur Général en la personne de Monsieur Thierry TAEYMANS, d’apporter son soutien financier en vue d’assurer le maintien et la promotion des activités touristiques du Parc Marin des Mangroves.

Communication RAWBANK